La province de Leyte a été l’une des régions les plus affectées (la ville de Tacloban, comptant plus de 200.000 habitants). Elle a été dévastée par le typhon et par des vagues de 6 mètres de haut provoquant de graves inondations.

Les Nations Unies ont diagnostiqué les dégâts et les besoins les plus immédiats : manque d’eau potable et d’abris, de soins, interruption des services médicaux, manque de nourriture, procblème d’accès à l’assainissement et à des kits d’hygiène personnelle ainsi que manque de fournitures générales pour les ménages.


Affectation des Fonds en détails


 

Pour les secours d’urgence

Le DASUD 62 : aide financière de 3.285 €

Crédit : DASUD 62 René Duriez

Le DASUD 62 (détachement de l’Union Départementale des Sapeurs-Pompiers du Pas-de-Calais ) est né suite à la demande de nombreux sapeurs-pompiers du département désireux de s’investir personnellement dans le secours d’urgence et l’aide aux populations sinistrées lors de catastrophes. Cette structure fonctionne sur la base du bénévolat de ses membres.

 


Leur intervention :

  • installation d’une unité de potabilisation d’eau à Quinapondan (14.000 habitants) sur  l’île de Samar (pas d’aide internationale ) : 1.000 litres d’eau / heure et formation de deux habitants pour que l’action perdure après le départ de l’ONG,
  • soins médicaux au sein d’un dispensaire local (l’hôpital rural a été détruit),
  • soins médicaux à Tacloban à partir de l’hôpital RTR : interventions dans différents quartiers (en partenariat avec le Directeur de l’hôpital) ,
  • interventions à San José, à Tolosa et à Barugo, villes n’ayant pas reçu d’aide internationale pour l’installation d’une deuxième unité de potabilisation d’eau.
  • Dons de matériels de l’association aux équipes aux Philippines : tentes et duvets, denrées alimentaires, matériel de potabilisation d’eau..

FAUSI section Nord : aide financière de 16.875,30 €

Crédit : FAUSI

L’ONG FAUSI peut intervenir sur l’ensemble de la scène internationale auprès des victimes. L’action de l’ONG repose sur l’engagement volontaire et entièrement bénévole de ses membres.
Son équipe est composée de personnels compétents, formés et expérimentés dans le domaine de l’urgence et possédant une grande expérience des missions humanitaires et de secours à l’international : sapeurs pompiers, infirmiers, médecins, journalistes, psychologues, logisticiens, pharmaciens et aides-soignants.

Leur intervention : 

Après avoir pris contact avec l’Ambassade des Philippines à Paris et avec le Ministère des Affaires Etrangères, le Groupe FAUSI a envoyé une équipe de 15 sauveteurs à Tacloban, une des villes les plus touchées par le typhon, comprenant : 8 pompiers sauveteurs, un médecin, une infirmière, deux aides-soignants, trois techniciens pour la potabilisation d’eau.

Les sauveteurs ont emporté avec eux 600 Kg d’équipements : lots « Bivouac » (vie du groupe en autonomie), lots légers de recherche et de localisation des victimes, lots de secours (abordage et extraction des victimes) pour les soins d’ampleur aux victimes.

Ils sont principalement intervenus à Tacloban en prenant contact avec les autorités sur place : avec l’ONU pour l’enregistrement des membres de l’équipe et du matériel, avec l’Ambassade de France et d’Angleterre, avec les autorités américaines et d’autres équipes de secours internationales.

L’équipe a également fait des dons de matériels et formé la population locale :  

  • dans un petit village de pêcheurs démunis et sans aides extérieures : groupes électrogènes et matériel d’éclairage, denrées alimentaires (riz, pâtes, conserves…), vêtements, bottes, compresses, désinfectants.
  • à une association de secours des Philippines «  ERT Oceana Gold » : petits matériels  de soins (couvertures de survie, compresses, désinfectants…) et formation des membres de l’association.

Pour des secours à moyen terme :  

Secours Populaire Français  (Fédération Nord) : aide financière de 16.500 €

Le Secours populaire français (SPF) est une association créée en 1945. Elle s’est donnée pour mission d’agir contre la pauvreté et l’exclusion en France et dans le monde.
Sur l’ensemble des continents, qu’il s’agisse d’urgence, de projets de réhabilitation ou de projets de développement, le Secours Populaire travaille étroitement avec des associations locales capables d’identifier les besoins des populations. Sur le long terme, ces partenaires locaux assurent le suivi des projets, en respectant les habitudes culturelles des populations.

Leur intervention :

Dès l’annonce de la catastrophe, le SPF a pris contact avec son partenaire indonésien, la Fondation Renata et ses relais aux Philippines. Le SPF a déjà plusieurs expériences de travail dans la région avec cette Fondation : actions d’urgence notamment après le tsunami de 2004. Son expertise a été appréciée notamment pour la géographique spécifique des îles.

Le SPF et la Fondation Renata sont intervenus sur l’île de Busuanga, au nord de la province de Palawan. Il s’agit d’une île isolée qui a échappé à la médiatisation et où peu d’aide humanitaire a été déployée.

Après évaluation des besoins locaux, le Secours Populaire Français a décidé de mettre en place avec son partenaire local « Mirasol » un projet de réhabilitation d’un centre d’activité artisanale de la vannerie afin de soutenir l’économie locale lourdement touchée par le typhon.

Cette action permettra à 300 femmes travaillant dans le domaine de la vannerie de reprendre une activité grâce à la reconstruction du centre qui répondra cette fois ci aux normes anticycloniques, dans un pays placé en 3e position dans l’échelle des pays à risque de catastrophes naturelles. Au delà de ces bénéficiaires directs, c’est leurs familles (environ 1.800 personnes) et toute la population environnante qui pourra bénéficier de cette relance économique. Le  nouveau bâtiment sera équipé de 3 latrines et de 3 lavabos ainsi que d’outils et de matériaux achetés localement pour permettre la reprise des activités.

Solidarités International : aide financière de 24.549,56 €

Crédit : Solidarités international

Depuis plus de 30 ans, l’association d’aide humanitaire SOLIDARITÉS INTERNATIONAL est engagée sur le terrain des conflits et des catastrophes naturelles. Sa mission est de secourir le plus rapidement et le plus efficacement les personnes dont la vie est menacée, en couvrant leurs besoins vitaux : boire, manger, s’abriter. Particulièrement engagée dans le combat contre les maladies liées à l’eau insalubre, première cause de mortalité au monde, l’ONG intervient en développant son expertise dans le domaine de l’accès à l’eau potable et l’assainissement, mais également dans ceux, essentiels, de la sécurité alimentaire et de la reconstruction.


Leur intervention :

L’ONG « Solidarités International » a pris la décision d’intervenir aux Philippines au soir du 8 novembre 2013. 19 palettes de matériel EHA (eau, hygiène et assainissement) ont été envoyées de Dubaï pour le démarrage des activités en eau, les 19 et 20 novembre.

Solidarités International travaille en collaboration avec les autorités des Philippines depuis les premiers jours de l’urgence. Une équipe de 12 internationaux a été répartie entre Manille, Cebu et Tacloban. Des diagnostics conjoints avec les autorités ont été réalisés pour les besoins en EHA et les moyens de subsistance.

Deux stations de traitement de l’eau ont déjà été installées à Tacloban, pour approvisionner l’hôpital public et l’université publique (qui abrite actuellement des personnes déplacées)  en eau potable et commencer les distributions de kits d’eau, hygiène et abris.

Dans le but de protéger et d’améliorer les conditions de vie des familles lourdement affectées par le typhon, « Solidarités International » travaille sur l’assainissement de l’environnement des communautés en proposant des activités rémunérées (Cash for Work) de gestion des gravats et des déchets. Le but est de réduire les risques environnementaux et sanitaires en fournissant des abris d’urgence et en réhabilitant les infrastructures.

Cette action concerne 1.800 familles. 

Action contre la Faim : aide financière affectée  de 22.229,74 €

Crédit : Action Contre la Faim

L’association Action Contre la Faim (anciennement AICF) a été créée en 1979 dans le contexte de la crise afghane. Reconnue d’utilité publique en 1994, sa mission consiste à sauver des vies par la prévention, la détection et le traitement de la malnutrition, en particulier pendant et à la suite des situations d’urgence et de conflits. Elle centre son intervention sur une approche intégrée, prenant en compte divers secteurs : nutrition, santé, soins, sécurité alimentaire, eau, hygiène, plaidoyer et sensibilisation.

Leur intervention :

Les équipes d’Action contre la Faim (déjà en mission aux Philippines) se sont mobilisées rapidement pour répondre aux besoins des populations dans les meilleurs délais. Un premier avion spécial a été envoyé dès le 11 novembre de Madrid pour apporter des denrées alimentaires et du matériels de première nécessité. D’autres avions ont permis l’envoi de plusieurs tonnes de nourriture. Des équipes, déjà sur place, ont été mises à disposition (logisticiens, hydrauliciens, personnels techniques…).

L’aide alimentaire d’urgence a demandé une logistique lourde (10.000 personnes bénéficiaires à chaque distribution), des kits d’urgence sanitaires ont été distribués et la reconstruction engagée (programme de « Cash for Work »).

L’aide financière de la Fondation de Lille a permis l’achat de matériels informatiques (suite à la destruction de toutes les infrastructures de base) et de géolocalisation (la situation insulaire des Philippines rend complexe le repérage des victimes) et la participation au programme de « Cash for Work » dans le cadre de la reconstruction.