En septembre 2014, la Fondation de Lille lançait un appel à la solidarité en faveur des populations civiles de la Bande de Gaza, victimes du conflit d’août 2014.

Grâce aux dotations des collectivités locales et des dons de particuliers, la Fondation de Lille a collecté la somme de 45.220 € :

Le Comité d’Ethique et d’Arbitrage de la Fondation de Lille s’est réuni le jeudi 15 janvier 2015 pour décider de l’affectation des fonds aux ONG spécialisées oeuvrant sur le terrain. La Fondation de Lille a réalisé un travail de repérage en amont, en lien avec le Ministère des Affaires Étrangères et le Consulat de France à Jérusalem, pour proposer des projets d’organismes au plus près des populations et reconnus pour leur professionnalisme dans leurs champs d’expertise.


Détails des projets financés


Cliquez sur chacune des structures pour connaître plus en détails les projets financés.

 

Secours Populaire Français  (Fédération Nord) : aide financière de 14.000 €

Le Secours populaire français (SPF) est une association créée en 1945. Elle s’est donnée pour mission d’agir contre la pauvreté et l’exclusion en France et dans le monde.
Sur l’ensemble des continents, qu’il s’agisse d’urgence, de projets de réhabilitation ou de projets de développement, le Secours Populaire travaille étroitement avec des associations locales capables d’identifier les besoins des populations. Sur le long terme, ces partenaires locaux assurent le suivi des projets, en respectant les habitudes culturelles des populations.

Leur intervention :

Le secteur de la santé n’a pas été épargné par les bombardements : au point culminant de la guerre, 45% des centres de santé publique n’étaient plus en état pour prodiguer des soins : 17 hôpitaux et 56 centres de santé ont été endommagés dans la Bande de Gaza, dont 6 centres du PMRS, (Palestinian Medical Relief Society), partenaire palestinien de SPF.

PMRS intervient à Gaza depuis 30 ans, en lien avec le Ministère de la Santé, l’agence onusienne UNRWA et les ONG, avec une capacité d’action étendue à toute la Bande de Gaza : 4 centres de santé primaires, 1 centre pour maladies chroniques, 2 centres de rééducation, un centre de consultation de physiothérapie, 1 centre de prêt de matériel fonctionnel et 1 clinique mobile desservant 10 communautés limitrophes à Israël.

Dès le 8 juillet, PMRS a déployé son plan d’intervention d’urgence pour répondre au déclenchement de l’offensive militaire.
En lien avec l’UNRWA, elle s’est déplacée dans les abris des écoles des Nations Unies où les victimes se protégeaient instinctivement.

Des équipes cliniques mobiles (composées de docteurs, physiothérapeutes, infirmiers, travailleurs psychosociaux, gynécologues..) ont prodigué, dans la Bande de Gaza, des soins de santé primaire, des soins aux enfants affectés par des maladies chroniques, des services de physiothérapie pour les enfants souffrant de handicap, des suivis psychosociaux pour les enfants traumatisés par le conflit. Chaque clinique comprend un médecin généraliste, des infirmières, un laboratoire d’analyse, et un gynécologue ou autre spécialiste en fonction des besoins.
C’est, en tout, 10 cliniques mobiles qui se sont déployées dans l’urgence permettant d’accueillir 400 patients/jour pendant le conflit, et 650 patients/jour pendant la phase de redressement (avant le conflit, PMRS n’opérait qu’avec une seule clinique auprès de 60 patients par jour).

Au total c’est plus de 26.000 patients traités, dont 813 femmes enceintes.
La Fondation de Lille a participé au financement de ce programme de soutien médical et psychologique auprès des enfants, mené avec ce partenaire local palestinien du SPF, Palestinian Medical Relief Society .

Retrouvez plus de détails sur le projet

Culture And Free Thought Association : aide financière de 12.700 €

Crédit : CFTA

Culture and Free Thought Association (CFTA) travaille dans la Bande Sud de Gaza auprès des enfants, des jeunes adolescents et des femmes. Avec plus de 60 employés.  Cette ONG est une institution dans le paysage associatif gazaoui. Elle remplit deux objectifs : 

– apporter aux enfants et adolescents des camps de réfugiés un épanouissement personnel par l’expression artistique et l’éducation populaire, en vue d’améliorer leur condition de vie,

– améliorer la condition des femmes palestiniennes par le développement économique et l’amélioration des conditions  sociopsychologiques. 

L’ONG est incarnée par sa Présidente Majeda Al Saqqa dont le combat a été largement relayé dans la presse internationale.


Leur intervention :

Présente sur le terrain dès le début du conflit, l’ONG a travaillé dans l’urgence auprès de plus de 10.000 familles  victimes. Elle a distribué de la nourriture, des tickets de rationnement, des vêtements hivernaux, des médicaments, des kits d’hygiènes, des couvertures et des repas.

L’association a également organisé la distribution de bâches plastiques pour réparer partiellement les fenêtres, portes ou encore planchers cassés. L’objectif étant de combler les trous inhérents aux bombardements et raids israéliens. En plus de cela, deux couvertures et une lampe rechargeable ont été distribuées pour chaque foyer.

Le projet a permis d’améliorer les conditions de vie de 115 foyers de Khan Younis, zone particulièrement touchée par le conflit.

La dotation de La Fondation de Lille a permis  l’achat de couvertures et de nourritures destiné à améliorer les conditions de vie des familles dont les maisons ont été touchées par le conflit. Les conditions météorologiques hivernales fragilisent  davantage ces familles,  principalement dans les communautés affectées de Khuza’a, Abbassan, Al Garera et Al Zaneh.

Gaza Community Mental Health Programme : aide financière de 15.300 €

Crédit : GCMHP

Crée en 1990, le Gaza Community Mental Health Programme (GCMHP) propose, en Palestine, des soins psychologiques et des accompagnements psychiatriques auprès des populations locales (enfants, adolescents, femmes, familles ou victimes de violations des droits de l’Homme).

Dans la Bande de Gaza, l’ONG est devenue une référence dans le traitement des maladies mentales (traumatismes, dépressions, troubles du comportement), dans un contexte de stress permanent, d’isolation extrême et de mal-être récurrent des populations victimes du conflit. Les organisations gouvernementales et les institutions faisant régulièrement appel à eux.

Le GCMHP cherche à se renouveler sans cesse en s’adaptant aux nouvelles pratiques et nouvelles méthodes de travail pour approcher les maladies mentales dans une zone de conflit.

L’organisation s’est donnée trois grands objectifs : contribuer à l’amélioration de la santé mentale de la population de la Bande de Gaza, contribuer au développement des aptitudes des professionnels et acteurs de la santé mentale  dans la Bande de Gaza, améliorer le travail du GCMHP à travers le   développement institutionnel et une meilleure gestion des connaissances axée sur la recherche. 


La Fondation de Lille a participé au financement du fonctionnement des cliniques mobiles déployées à Rafah et à Beit Hanoun, zones reculées des infrastructures médicales où les communautés ne peuvent recevoir un accompagnement psychosocial et/ou médicalisé.

Le GCMHP a organisé durant 3 mois, à raison de 2 à 3 jours par semaine, une permanence dans ces zones reculées. Ces permanences ont permis la dispense de frais médicaux, l’accompagnement, le conseil et si besoin la médicalisation des personnes bénéficiaires, grâce au travail de quatre professionnels du GCMHP décentralisés.

Les psychologues et psychiatres du GCMHP ont alors rencontrés de nombreux patients atteints de syndromes de stress post-traumatiques et d’affections mentales liées au conflit tel que les névroses, les états d’anxiété phobique, les dépressions et les troubles somatiques liés aux troubles psychiatriques.

Découvrez le site internet de GCMHP