En mai 2015, le Conseil Régional Nord Pas de Calais attribuait 16.000 euros à la Fondation de Lille destiné à financer un projet d’aide d’urgence pour lutter contre la peste bubonique à Madagascar.

Rappelons que depuis 2005, la Région Nord-Pas de Calais est engagée dans une coopération avec la Région d’Analanjirofo à Madagascar, au Nord-Est du pays.

En décembre 2015, le contact s’établissait avec l’Institut Pasteur de Madagascar, principal acteur malgache de la recherche, de la prévention et de la lutte contre la maladie. Partenaire du Ministère de la Santé Malagasy, il intervient dans les situations urgentes (épidémies) mais également au grès des demandes d’appuis.

La situation

Apparue dès la fin du XIXe sur l’île en lien avec les transactions commerciales, la peste est toujours une réelle menace pour le pays, désormais le plus touché dans le Monde, détrônant, depuis 2015, la République Démocratique du Congo. Désavantagée par divers facteurs (situation insulaire, pauvreté, saison des pluies, développement urbain, système de santé défectueux, coutumes locales d’inhumation, crise politique..), l’île connait, chaque année, une recrudescence saisonnière des cas entre octobre et avril (saison des pluies) qui peuvent s’avérer fatals pour les populations des zones à risque (hautes terres, plateau central).

La peste bubonique se contracte par des morsures de puces, elle même contaminées par le rat, dont le sang est infecté par la bacterie Yersinia Pestis. Le patient contaminé est rapidement sujet à des ganglions gonflés près de la morsure, virant rapidement au noir (d’où le nom usuel de peste noire). En 48h ou 72h, faute d’antibiotiques, le malade risque une septicémie ou une migration de la bactérie vers les poumons (peste pulmonaire), entraînant une mort rapide. La forme bubonique n’est pas transmissible d’homme à homme. En revanche la forme pulmonaire est rapidement transmissible par voie aérienne. 

Le projet

Le projet consiste en la lutte contre les réservoirs et vecteurs, à la sensibilisation de la population de 3 districts sanitaires à forte endémicité en peste : districts de Ambatolampy (6 villages concernés), Bemahatazana (12 Villages concernés) et Miandrarivo. Basée sur la surveillance communautaire, la stratégie malgache de prévention de la peste bubonique permet de prendre en charge rapidement les personnes infectées, par la formation d’agents de santé communautaires chargés de mener des surveillances actives de la peste murine en amont de la saison pesteuse (octobre à avril).

Le projet a été officiellement lancé le 31 Mars 2016, en présence des autorités locales, d’un représentant du Ministère de la Santé Publique, d’un représentant de l’OMS à Madagascar, du correspondant local du Conseil Régional Nord Pas de Calais Picardie à Madagascar et des membres de l’Institut Pasteur de Madagascar. Il se poursuivra jusqu’en Octobre 2016.